PARALLEL UNIVERSE - Exploring lives through layers of studies -

by Ridwan Naim • University of Edinburgh, Scotland, United Kingdom.

STUDY ABROAD

Arki Galeri

2/16/2021 11 min read

    Some people make attempts and inspiration to strive for their dreams in proportion to the learning path that normally reach at a single destination. However, the scenario is unique for me. Having obtained my degree in architecture for four years at the Universiti Teknologi Mara Puncak Alam, I have never shied away from wandering the world. Perhaps, architecture is merely a device to rediscover how society is formed by various broad perspectives. Simply put, the broader picture is all about seeking a common connection (through culture – architecture – theory) including the unimagined potential factor: astronomy.

Blog written in dual language

   The journey began in 2010. I learned several global languages, hoping to expand my realm to diverse cultures by considering such a subtle learning process, although I knew it would have a minor effect on the architectural practice ethos. Nevertheless, when I became an architectural assistant at the Kawasaki Corporation, the importance of language became apparent., where Japanese language skills were vital in the daily working environment. After working for two years in Japan, I plucked up the courage to travel full-time with National Geographic under the Astronomy department in Paris, France. While I photographed for National Geographic, I secured offers from The University of Edinburgh and the University of Cambridge for M.Arch Architecture and M.ASt Astrophysics respectively. Although it was challenging to juggle between the two separate fields, it was a pertinent move to induce a centralized understanding between astronomy and its prompts to the architectural performativity.

Mutual Relation 

    In the autumn of 2019, I moved to the United Kingdom to pursue my studies while keeping a virtual contract as a documentary photographer. Astrophysics generally requires travelling, as the outcomes of research are affected by geographical and astronomical events, depending on the location; architecture is rather static, docking me to my cubicle. One might ask whether there was a probable connection between astronomy and architecture. Although the two disciplines are bureaucratically unrelated, my view is that astronomy has a long tradition in influencing architecture and culture. The “trivium” (Architecture-Culture-Astronomy) bloomed out of the arts and physics from early scholars to determine locations, navigational methods, and climactic adaptation. To illustrate, the Chichen Itza Pyramid in Mexico, was shaped to act as a solar calendar, while the slanted Pantheon floor drains rainwater from the opening (oculus) that illuminates space. Having studied architecture in a sustainability-oriented unit at the Edinburgh School of Architecture & Landscape Architecture (ESALA), the additional expertise in astronomy was relevant in creating a working design acclimatised to its specific context – extending the potential character of spaces.

Differences

  While theoretically astronomy serves geological and architectural pedagogy in certain respects, in fact, the research itself is not inherently harmonious. Astrophysics, a sub-branch of astronomy, is a discipline beyond the Earth biome that deals with physical processes connected with celestial bodies, interacting with pure mathematics and physics. On the other hand, architecture is a study of space, often in the process, including arts, sketches and physical model making. Switching the mode of study between intensive calculation and subjective arts at the same time is always seen to be daunting and almost impossible, since one subjectdeals with some facets of cognition and vice versa.

Afflictions

    In my experience, the hardship depends entirely on time management and the readiness to travel across countries from Edinburgh to Cambridge every other week after a full day of (architectural) appraisal. In this case, time was diligently assigned since an unexpected scenario could have happened. Architecture is considered to be a time-consuming program, inevitably decreasing the efficiency in undertaking astronomical observation. Observation typically lasted 6 hours, in worse cases a week, when documenting unusual celestial activities, notably the Perseid Meteor Shower, Saturn-Jupiter Conjunction and Mars and Moon interception in 2020.

Attempting to negotiate the imbalance, immediate adaptation to the situation was essential. Adaptation in this instance, by means of prioritising physical tasks (e.g., modelling and drawings) over theoretical tasks (e.g., data gathering, calculations and readings). Creating a headspace to focus on astrophysics deadlines and examinations proved difficult after devoting prolonged hours to architecture. To be effective in the long run and allow myself to read at least 1 hour before 1 am, I subscribed to vast selected topics from academic databases. In a day, 12 hours was spent to design, including thesis writing, and only up to 4 hours were dedicated to astrophysics. Summer break and post Michaelmas term were utilised to travel for site visit and work as a photographer. 

    Although Covid-19 began to spread in the UK, working in my semester break was necessary to document moments of lives in the pandemic, and its effects on climate change. I recall visiting a number of related sites in the Arctic including Norway, Iceland and Murmansk in the far north Russia investigating the pandemic consequences in carbon reduction. Venturing between the two universities during this afflicting time did not severely damage the customary lifestyle pre-Covid as a research-based student at least for a Cantabrigian (University of Cambridge’s student), however, in architectural studies, the virus had an effect on production and craft-derived work performance when dedicated spaces remained closed throughout the semester. This resulted in a limited production of work and tutorial hours. 

I am completing my final semester of Architecture in Edinburgh, and successfully graduated from the University of Cambridge in January 2021. Indeed, the path of exploring the subjectivity of human beings and culture can take several layers of information to produce an entire picture of understanding.  The future remains unclear, the conclusions appear blurred, but being a "traveller" in a parallel universe attenuates respect and devotion to other creatures – the ecosophic chain. Sincere appreciation goes to family members, Mr. Ikmal Hisham, Dr. Mimi Zaleha, Ar Suhaila, Dr. Zalina, Madam Sharifah Asmah, Madam Harlina, lecturers, colleagues and those who have contributed. 

 

Glossary: 

1.     M.Arch               : Master of Architecture 

2.     M.Ast                : Master of Advanced Study

3.     Appraisal         : Critique sessions and reviews 

4.     Pedagogy        : Methodology of teaching

5.     Celestial          : Pertaining to the sky and universe

6.   Cantabrigian : A student or a graduate at the University of Cambridge 

7.    Ecosophic    : A philosophical approach to the environment which emphasizes the importance of action and individual beliefs.

Pour tenter de maîtriser ce déséquilibre, une adaptation immédiate à la situation fut essentielle. Adaptation dans ce cas, par la priorisation des tâches concrètes (modélisation et dessins) par rapport aux tâches théoriques (collecte de données, calculs et lectures). Créer un espace libre pour se concentrer sur les délais et les examens astrophysiques s'est avéré difficile après de longues heures consacrées à l'architecture. Pour être efficace sur le long terme, je me suis abonné à de vastes médiums sélectionnés à partir de bases de données académiques pour me permettre de lire au moins 1 heure avant 1h du matin. Dans une journée, 12 heures été consacrées à la conception, y compris la rédaction de thèses, et jusqu'à 4 heures été consacrées à l'astrophysique. Les vacances d'été et le trimestre après Michaelmas ont été utilisés pour voyager et travailler en tant que photographe.

     En ce qui concerne le travail, bien que la Covid-19 ait commencé à se répandre au Royaume-Uni, il était nécessaire de travailler pendant ma pause de semestre afin de documenter les moments de vie en situation de pandémie et ses effets sur le changement climatique. Je me souviens avoir visité de nombreux sites connexes dans l'Arctique, notamment la Norvège, l'Islande et Mourmansk, dans l'extrême nord de la Russie, pour enquêter sur les conséquences d'une pandémie sur la réduction du carbone. Continuer les échanges entre les deux universités, alors que la pandémie qui frappait la Grande-Bretagne n'avait pas gravement endommagé le mode de vie habituel en tant qu'étudiant basé sur la recherche, du moins pour un Cantabrigian (étudiant de l'Université de Cambridge), devint plus compliqué lorsque, en tant qu'étudiant qui étudie également l'architecture, la production et la performance du travail manuel furent impactés par le virus. En effet, les espaces dédiés à la pratique manuelle et la modélisation furent fermés tout au long du semestre. Cela a donc abouti à une production limitée d'œuvres et d'heures de tutorat.

Je termine actuellement mon dernier semestre d'architecture à Édimbourg et j'ai obtenu mon diplôme de l'Université de Cambridge en janvier 2021. Le chemin de l'exploration de la subjectivité des êtres humains et de la culture peut en effet nécessiter plusieurs sources d'informations afin d’en produire une image complète. La finalité n’est pas claire, la conclusion semble floue, mais être un «voyageur» dans un univers parallèle atténue le respect et la dévotion envers les autres créatures - la chaîne de l'écosophie.

Je remercie sincèrement les membres de ma famille, Monsieur Ikmal Hisham, le Dr Mimi Zaleha, Ar Suhaila, le Dr Zalina, Madame Sharifah Asmah, Madame Harlina, les conférenciers, les collègues et ceux qui ont contribué.

Difficultés

    D'après mon expérience, les difficultés relevaient entièrement d’une question de gestion du temps et de la détermination de voyager d'Édimbourg à Cambridge toutes les deux semaines après une journée complète d'examens. Dans cette situation, je me suis attelé à répartir mon temps en bonne diligence, car je n’étais jamais à l’abri d’un scénario inattendu. L'architecture est considérée comme un programme chronophage et qui diminue inévitablement le temps nécessaire à l'observation astronomique. Pratique qui durait généralement 6 heures, voire toute une semaine lors de la documentation d’activités célestes inhabituelles, comme la pluie de météores des Perséides, la conjonction Saturne-Jupiter ou encore l’interception de Mars et de la Lune en 2020.

Différences

    Si, en théorie, l'astronomie sert la pédagogie géologique et architecturale à certains égards, la recherche elle-même n'est pas intrinsèquement harmonieuse. L'astrophysique, une sous-branche de l'astronomie, est une discipline au-delà du biome terrestre qui traite des processus physiques liés aux corps célestes, interagissant avec les mathématiques pures et la physique. Tandis que l'architecture est plutôt une étude de l'espace, souvent dans le processus, y compris les arts, les croquis et la modélisation physique. Basculer le mode d'étude entre le calcul intensif et les arts subjectifs en même temps a toujours été considéré comme intimidant et presque impossible, puisqu'un sujet traite de certaines facettes de la cognition et vice versa.

Un lien de réciprocité

    À l'automne 2019, je me suis envolé pour le Royaume-Uni afin de poursuivre mes études tout en gardant mon contrat de photographe documentaire. L'astrophysique en général et les voyages sont cruciaux car leurs résultats sont guidés par les influences géographiques et les événements astronomiques, selon le lieu. L'architecture, en revanche, est plutôt statique, je peux l’étudier depuis mon bureau. On peut se demander s'il y a une connexion possible entre l'astronomie et l'architecture. Bien que les deux disciplines ne soient pas liées sur le plan bureaucratique, l'astronomie a une longue tradition d'influence sur l'architecture et la culture. Les sujets de la trinité ont fleuri dans les arts et la physique des premiers chercheurs pour déterminer les lieux, les méthodes de navigation et l'adaptation au climat. Pour illustration, la pyramide de Chichen Itza au Mexique, façonnée pour servir de calendrier solaire ; le sol du Panthéon incliné qui draine l'eau de pluie provenant de l'ouverture (oculus) qui éclaire l'espace ; l'ancienne horloge astronomique de Prague qui reflète l'état actuel de l'univers. Ayant à étudier l'architecture dans une unité orientée vers le développement durable à l'École d'architecture et d'architecture du paysage d'Édimbourg, une expertise supplémentaire en astronomie est réaliste pour recommander une conception de travail acclimatée au cadre - étendant le caractère potentiel des espaces avec moins de restrictions.  

   Mon voyage a commencé à prendre forme en 2010, lorsque j'ai réussi à maîtriser plusieurs langues mondiales majeures. Ceci, dans l'espoir d'étendre mes connaissances relatives à diverses cultures à travers un processus d'apprentissage subtil, tout en sachant que cela n'aurait aucun effet sur l'éthique de la pratique architecturale. Cependant, la valeur de la langue est devenue un fait lorsque j'ai été admis en tant qu'architecte assistant pour la société Kawasaki, où la langue japonaise a été priorisée et hiérarchiquement exercée dans la convention officielle.

Mais il me manquait quelque chose. Deux ans après avoir travaillé au Japon, j'ai trouvé le courage d'étendre mon exploration du monde en œuvrant à plein temps pour une agence de chaînes documentaires appartenant au Département d'Astronomie à Paris, en France, tout en étant dans l’attente d’une réponse pour plusieurs masters au Royaume-Uni. J'ai alors été accepté à la fois à l'Université d'Édimbourg pour un master en Architecture et un master en Astronomie, ainsi qu'à l'Université de Cambridge pour un master en Astrophysique. Bien que l'idée de jongler avec deux domaines distincts apparaissait être un défi, cela pouvait aussi me mener sur une démarche rigoureuse pour induire une compréhension entre l'astronomie et ses influences sur la performance architecturale géologique.

Pentland Hill, Edinburgh

NATGEO, Dolomiti, Italia

BALERNO, Edinburgh

SITE VISIT, Ahmedabad, India

TORRE UNICREDIT, Milano, Italia

SCOTTISH HIGHLANDS, Scotland

MERDEKA, Tre Cime, Veneto

   Certaines personnes se lancent dans des tentatives de réalisation de leurs rêves en fonction de leur parcours d'apprentissage, qui se termine généralement sur une seule voie à emprunter. Cependant, mon scénario est assez unique. Après avoir obtenu mon diplôme d'architecte à l'Université Teknologi Mara Puncak Alam en Malaisie, je n'ai pas eu peur de partir explorer le monde. Peut-être que je considérais déjà l'architecture comme n’étant qu'un moyen de redécouvrir comment la société est formée, à travers diverses grandes perspectives. En d'autres termes, il s'agit d’avoir une vue d’ensemble sur le monde grâce à la recherche d’un lien commun entre la culture, l'architecture et la théorie, ainsi que d’un facteur potentiel inimaginable: l'astronomie.